L’Agence nationale des fréquences (ANFR) a publié le 9 octobre 2019 les résultats des mesures d’exposition du public aux ondes radiofréquences des compteurs Linky. Conclusion, aucun dépassement du niveau réglementaire d’exposition aux champs électromagnétiques n’a été détecté.

L’ANFR a effectué pendant près de sept mois (de juin à décembre 2018) une campagne de mesures menée dans le cadre du « dispositif national de surveillance de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques dans la bande 9 kHz – 100 kHz. »

178 lieux équipés de compteurs Linky ont été testés par des laboratoires de mesure accrédités par le Comité français d’accréditation (COFRAC), dont des domiciles de particuliers. Ces mesures ont été effectuées à 20 cm du compteur dans 64 % des cas, et à 40 cm pour le reste.

Absence d’effets nocifs

« Toutes les mesures ont concerné un compteur Linky et ont eu lieu en intérieur et principalement en milieu urbain », détaille l’Agence dans son rapport.

« La conformité du niveau d’exposition aux champs électromagnétiques dans la bande 9 kHz – 100 kHz vis-à-vis du décret n° 2002-775 du 3 mai 2002 a été constatée sur tous les sites ayant fait l’objet d’une mesure », précise encore le document.

L’exposition respecte donc parfaitement les normes garantissant l’absence d’effets nocifs sur les utilisateurs. Dans 100 % des cas étudiés par l’Agence nationale des fréquences, « la conformité du niveau d’exposition aux champs électromagnétiques a été constatée », conclut l’étude. 

Controverses récurrentes

À une distance de 20 cm, les mesures des champs électromagnétiques sont 25 à 37 fois inférieures par rapport aux valeurs limites réglementaires. Quant aux tests effectués à 40 cm du compteur, les valeurs sont encore plus basses.

Source : https://www.anfr.fr/fileadmin/mediatheque/documents/expace/2019-10-Analyse-mesures-Linky-2018.pdf